« Jouez, je suis à vous « : vos témoignages

Le 18 avril 2012

 

Deux pianos, Deux pianistes, Deux cannes blanches
Deux pianistes, tous deux handicapés de la vue, se sont rencontrés par hasard autour du piano au Jardin Anglais. L’un est Anglais, l’autre Suisse et ils ont une différence d’âge de plusieurs décennies. Ils ont joué des morceaux, avec un public de visiteurs japonais devant l’Horloge fleurie.
Ensuite, ils ont traversé ensemble le Pont du Mont Blanc pour retrouver un piano tout seul, suspendu entre Pont et Lac. Et là, le plus jeune a joué un morceau du Clavier bien tempéré, de Johann Sébastian Bach, et son aîné a interprété des chanson de Serge Gainsbourg : Elisa et La Javanaise.  Le hasard – ou le piano – fait bien les choses.

Idée géniale, avec enfants qui jouent dans la cour d’école et qui s’essaient au piano, mais aussi des morceaux plus élaborés interprétés par des plus grands! Nous avons pu écouter le piano en ouvrant la fenêtre du bureau! Merci pour ces moments magiques, intemporels et inoubliables vécus en ville pendant 10 jours! A refaire!!!

Voilà ce que ce piano nous a apporté, à tous ceux qui avons entendu son appel et avons été saisi par ses effets…tous simples, or si puissants. En espérant te revoir bientôt dans la ville…pour nous permettre à nouveau d’aller plus loin, de venir plus proche… Signé : une de celles qui a chanté et dansé pendant plus de 5 heures autour du piano du Grand Théâtre le dimanche 12 juin, tard dans la nuit…dans une ambiance magique…merci à tous et à la prochaine!

Une amie et moi y étions ce dimanche là, on passaient par là par hasard et on a finit par suivre la musique et à se poser près de cette représentation :) on y est resté des heures et avons profiter ce moment inoubliable! Merci au musicien, mais aussi au organisateur de ce petit moment magique dans la ville, ont se croyaient dans un film tellement c’était surréaliste !

La magie de la Rencontre autour de notre humanité… grâce à un piano, instrument de musique, instrument de communication, instrument de communion. Merci la Vie, merci à celles et ceux qui la préservent, merci à celles et ceux qui la célèbrent et lui rendent grâce par de telles initiatives. Simple et puissant. Respect.

Un homme a joué pendant 4 à 5 h sans partitions…avec un sourire et une joie…un tel plaisir de partager…c’était incroyable!! Il y avait une jeune femme de Barcelone qui chantait apparemment dans une chorale, une amie chanteuse, un Chilien, une Colombienne, 2 jeunes Suisses allemands, et quelques genevois. Sont également passés des jeunes collégiens, deux touristes japonais et des Siciliens!!! Nous étions un groupe de 8 à 10 personnes d’âges différents, de nationalités différentes. Personne ne connaissait personne!!!!!! Et on s’est retrouvés à chanter, à danser, de la salsa, du tango, des valses lentes… On a chanté des chansons des Beatles, de la chanson française, « Ti amo » et autres chansons italiennes à tue-tête.  Cela a été un moment exceptionnel, magique, une parenthèse suspendue…à la Fellini !  Un jeune qui est resté 2h a dit « je ne sais pas si vous réalisez….mais c’est unique ce qu’on vit là!!! C’est de l’ordre du miracle de la rencontre par le biais de la musique!!! ».

On vient de vivre du bonheur à Place Neuve grâce au piano du Grand Théâtre joué pour plus d’une heure consécutive … il y avait une atmosphère entre rêve et réalité…soirée magique entre des parfaits inconnus !

C’est génial cette idée de piano en ville, les rencontres, la musique dans l’air simplement c’est juste magnifique…

Bonjour, je m’appelle Phoenix et j’ai 3 ans. J’habite aux Pâquis et je trouve vraiment géniale cette idée de mettre à disposition des pianos dans la rue pour tout le monde. J’aime vraiment le son du piano et cela me donne envie de continuer. Dans quelques années, je reviendrai pour vous faire un concert. A bientôt et continuer de faire des actions comme celle-ci !

Merci pour ces pianos et merci à ces pianistes qui nous surprennent au coin d’une rue, à des endroits improbables, avec ce côté décalé qui nous sort de l’ordinaire.  Un lundi matin, à la place de la Navigation, un jeune homme, très marqué par la vie, a merveilleusement bien joué…C’était à la fois émouvant et triste de l’imaginer, des années en arrière, enfant, prenant ses leçons de piano….

Magique d’être en vieille ville et de stopper son rush quotidien pour écouter un morceau de musique offert par un inconnu. Merci à ceux qui ont eu l’idée, à ceux qui l’ont réalisée et à tous les pianistes qui partagent leur art!

Hier, juste après un air de jazz joué par un jeune homme, c’est une grand-mère qui s’est arrêtée avec sa poussette le temps de pianoter une berceuse… Vive le surnaturel poétique!!!

Plein de petits moments de poésie en attendant le tram. Le plus étonnant: les Genevois se parlent et se sourient et pour ça, on ne peut que vous dire: Bravo et merci.

Sur le piano vers tram de Plainpalais, deux enfants qui jouaient en tandem. Surprenant. De loin les gens se regardaient… le regard souriant entre inconnus est rare à Genève… bravo pour l’idée du piano!

Ma mère, ce matin : « Oh Lucie, j’ai assisté à une scène surréaliste en sortant de l’hôpital. Y’avait un petit jeune, en robe de chambre et pantoufle de l’hosto sur le grand cercle devant l’hôpital là et….il jouait du piano ! Y’avait un piano au milieu de cette place !!!!! Tu te rends compte ??? C’était gé-nial ! Un instant hors du temps ! ». Et wala, encore une adepte en la personne de ma génitrice ;-)

Superbe en attendant le bus d’entendre un jeune de 16 ans nous jouer une version parfaite d’Apologize… Et un groupe de jeunes qui traînaient dans le coin traversent pour venir l’écouter et commencent à chanter.

Belle expérience vendredi à Cornavin : une douce mélodie en attendant mon tram. Magique !

_______________________________________________________________________________

+++

Commenter